Passions

La vie, ça se danse

T’sé quand quelque chose pourrait être banale, mais qui s’avère devenir un moment EXTRAORDINAIRE!

Un jeudi pas comme les autres. À l’horaire, j’avais une rencontre professionnelle « bonbon » qui était prévue depuis quelques semaines. Le soir d’avant, mon “meeting” a été annulé pour des raisons familiales.

Comme il n’arrive jamais rien pour rien, j’ai finalement pu assister à un concours de danse auquel  mon chum participait, à son école. Les élèves de concentration danse avaient élaboré une chorégraphie pour une compétition amicale des « Dieux de la danse ». Lui, qui n’a absolument rien d’un danseur, a accepté de relever ce défi personnel.

Jusque-là, tout se passait bien.

Après 2 mois de pratique et de persévérance, c’était « LA » journée. Ma fille « OVER EXCITÉE » & moi, on s’est présentées à l’école, sur l’heure du dîner pour assister au spectacle.

Aussitôt la voiture stationnée, je ne me pouvais déjà pu. En dedans de moi, il se passait de quoi…de quoi de FORT. La boule dans la gorge, les yeux dans la flotte & le cœur en chamaille. POURQUOI SUIS-JE AINSI? C’est quoi cette sensibilité-là?? Heee hyper-sensibilité LÀ??

Dans la salle, c’était encore + intense (du genre prête à exploser). Assise avec au moins 500 personnes autour de moi, je devais canaliser & focuser sur ce qui se passait (le spectacle n’était même pas encore commencé, c’est ça l’pire). La fille n’est pas encore « FULL » à l’aise avec ses émotions intenses & le fameux regard des autres…

Et là, je l’ai vu. Mon chum est monté sur scène accompagné d’un autre enseignant et de 2 élèves de danse. J’ai ri, j’ai crié, j’ai tremblé, j’ai pleuré…Des larmes de fierté. Des larmes qui voulaient tout dire.

J’avais ma fille, assise sur le bout de mes genoux, qui regardait son père avec ses grands yeux noirs, le sourire aux lèvres et qui applaudissait comme jamais je ne l’avais vu faire. J’étais sans mots. J’étais émotionS.

Son père, mon chum, un homme bon (trop bon) qui a toujours été dans le fameux cercle de la « perfection », de pas trop déroger, de pas trop déranger… Se laissait aller dans le plaisir, comme un champion, devant toute son école et en +, il s’assumait… De toute beauté!

Moi, je le sais d’où il est parti & du pas de géant qu’il a fait pour en arriver là. J’étais complètement en admiration devant ce que je voyais. Le retour de son cœur d’enfant qui a été caché trop longtemps…

Qu’il le fasse pour lui, c’est merveilleux, mais qu’en plus, il montre ce plaisir & cette folie à notre fille, qui était si fière de son père…C’est la crème d’la crème (Avoir su que c’était de cette intensité, fiston aurait pu être des nôtres).

Un sourire qui veut TOUT dire!!

 

Sérieux, je n’aurais jamais pensé que ce simple moment m’aurait autant secouée. J’ai été sur un nuage de reconnaissance de ce qui a fait…au moment d’écrire ses lignes, mes larmes de fierté coulent encore.

Est-ce qu’on peut appeler ça : l’amour véritable? Admirer l’autre?

Depuis cette journée, je n’ai qu’une toune en tête : La vie, ça se danse!! 🙂

ME

Aucun commentaire
Laisser un commentaire