Collaboratrices Être

Notre temps. Notre fragilité

Je ne vous apprends rien en disant que le temps passe à une vitesse exorbitante. Dans notre société, tout est devenu tellement instantané qu’il nous est rendu difficile de prendre le temps de prendre NOTRE temps. Malheureusement, la rapidité de notre mode de vie a un impact néfaste sur notre santé.

On vit à 200 km/h en essayant d’en faire plus; toujours plus et ce, dans le simple but de tirer un maximum de profits pour… Ironiquement, pour pouvoir profiter de ce même temps, qui s’écoule dans nos vies au fil des jours, mais qu’on utilise seulement quelques semaines par année vraiment pour NOUS…

Ces semaines se résument souvent à  nos vacances, pendant lesquelles, on a aussi une tendance à remplir notre horaire; mais ce coup-ci, on le remplit de nos envies, de nos rêves, des choses et des personnes qu’on aime  et qui nous font du bien. Bref, on prend le temps de le remplir de ce qui nous rend heureux; de ce qui est un bouillon de poulet pour l’âme, un smoothie ultra vitaminé pour la santé et une caresse pour le cœur.

Pendant l’été, j’ai répété et répété à la personne que j’aime le plus au monde de prendre le temps de prendre SON temps; de RALENTIR, quoi? Cependant, étant têtue, perfectionniste, trop généreuse et anxieuse, cette personne n’est simplement pas en mesure d’arrêter puisqu’elle trouve toujours quelque chose à faire ou à améliorer aux alentours…

TOU-JOURS ! Peu importe que ce soit au travail, à la maison, au chalet ou en voyage.

Je lui ai clairement dit que j’avais peur qu’elle se brûle à en faire autant dans des délais qui pourraient battre des records…Mais, rares sont les personnes têtues qui écoutent les conseils d’autrui surtout quand il s’agit de prendre du temps pour soi.

Devinez ce qui est arrivé…

Le temps lui a joué un foutu tour en lui rappelant que même si elle ne prenait pas de moments pour penser à elle, pour vivre pour elle et seulement elle le temps d’un instant au quotidien;  lui, le temps, il n’oublie pas de laisser la trace du rythme de vie effréné de celle-ci sur sa santé.

Un matin, je déjeunais avec cette personne qui avait plusieurs rendez-vous importants pendant la journée. Elle semblait en forme, et on s’est quitté en se donnant la bise et en se souhaitant bonne journée (sans oublier le p´tit “je t’aime”) du quotidien. Sur l’heure du dîner, je me suis rendue chez mon grand-père qui, malgré lui, a été forcé d’apprendre à ralentir dû à un AVC qui, en l’espace de quelques minutes a changé sa vie et sa manière de la percevoir. Or, lorsqu’il m’a ouvert la porte, j’ai perçu un visage couvert d’inquiétude, puis il m’a dit : « Ton père va vraiment pas bien. Il est dans la chambre. »

Je me suis ruée là où se trouvait mon père blême et en sueur étendu sur un petit lit simple. Je ne l’avais jamais vu aussi souffrant et exprimer aussi clairement sa douleur.

En l’espace de quelques heures, son état de santé s’est transformé radicalement. Il a fallu 2 petites heures au temps pour transformer mon père d’homme rayonnant à homme souffrant.

Maintenant, on sait qu’il a des problèmes aux reins et le temps passe, soudainement, différemment… Il passe lentement, il semble  s’éterniser dans les questionnements, l’attente de résultats et l’inquiétude.

Comme pour notre état  de santé, il ne faut que quelques secondes pour que notre perception du temps change.

Ce qui m’amène à vous dire:

n’attendez pas d’avoir peur de manquer de temps pour profiter de celui-ci. N’attendez pas d’être freinés par votre santé pour prendre le temps de souffler. Sélectionner vos priorités en n’ayant pas peur de vous mettre en haut de la liste, car si vous ne vous occupez pas de vous le temps s’en chargera… Et, ce dernier n’a aucune émotion, alors soyez vigilants.

Le temps est notre fragilité puisque la manière, dont nous le gérons et l’utilisons, a un impact direct sur ce que nous avons de plus précieux, voire sur notre plus grande richesse: la santé.

Arielle

 

 

Aucun commentaire
Laisser un commentaire