Collaboratrices Passions

Coup de tête et coup de coeur

Un matin de décembre, je regardais mon fil d’actualité Facebook, et une photo a attiré mon attention… Sur cette photographie, il y avait une binette, une foutue belle binette. Une mâchoire carrée surmontée d’yeux couleur ciel devant laquelle il était impossible de rester indifférent. Elle appartenait à un animal assez massif dont je suis tombée amoureuse dès le moment où je l’ai vu.

Patof, son nom était Patof et il était en adoption à la SPCA de Sainte-Agathe. Tout de  suite après avoir vu l’annonce, je me suis ruée à ce refuge en croisant les doigts pour qu’il y soit encore.

Lorsque je suis arrivée, j’ai dit que je venais pour Patof et, quand je l’ai vu, mon cœur a craqué en mille.

Ses yeux ciel étaient éteints, il n’avait pas mangé depuis un petit moment et rien de son environnement ne semblait le faire réagir. Il était couché, là, le regard vide. Un regard que je souhaitais rallumer de tout cœur.

La dame m’a dit qu’il n’avait pas encore été évalué, donc qu’il était impossible que je le touche ou que je le promène. J’étais déçue, mais heureuse de l’avoir sous mes yeux parce que je savais que c’était le début d’une grande histoire d’amour.

Elle m’a expliqué qu’il avait été trouvé errant sur la Côte Nord et qu’il avait été transféré à Sainte-Agathe, car il était destiné à l’euthanasie à la SPCA où il était logé. Ce qui le rendait mystérieux et qui m’a inspirée pour lui inventer 1001 vies.

Étant donné que je ne pouvais pas marcher avec lui, je suis allée promener un autre chien, Sniper, un mélange de malamute et de berger allemand. Une immense voire une gigantesque peluche vivante. Ce chien était adorable, il mettait toujours ses pattes sur mes épaules et je m’amusais à dire qu’il dansait avec moi et qu’il aimait me faire des câlins. Cependant, je ne suis pas repartie avec lui.

Après la promenade, j’ai rempli les formulaires afin d’être rappelée si mon profil s’agençait bien à celui de Patof.

Le lendemain, j’ai reçu un appel. Patof avait été évalué et nous étions compatibles. Encore une fois, je me suis ruée à la SPCA. Le cœur rempli de joie et d’excitation, je suis allée le promener. Je l’adorais déjà. Cependant, j’ai eu la maladresse de dire qu’il semblait moins m’aimer que Sniper, qui me faisait des câlins la veille … Et, au moment où je disais ça, Patof a sauté en mettant ses pattes sur mes épaules et en me donnant un sacré coup de tête sur le menton.

Avait-il compris? Avait-il ressenti quelque chose? Quoi qu’il en soit, il avait bondi un bon moment et, une fois de plus, mon cœur venait de manger une débarque pour ce gros toutou. Son coup de tête m’avait frappée vraiment fort, je saignais de la lèvre intense… J’avais du sang plein les cheveux et plein la bouche, mais j’ai dit: “C’est un signe! Je l’adopte!”

Et, je l’ai adopté.

Ça fait, maintenant, 3 mois que Jasper alias Patof partage mon quotidien. Il est le roi de la forêt à Chute-Saint-Philippe. Loin d’une cage, il court librement chaque jour, il mange comme un loup de luxe et il a de l’amour à s’y perdre.

Ce chien, mon ami, mon gros gars comble mon cœur en le remplissant de joie, d’amour et d’émerveillement.

Chaque fois que je le regarde, je me dis que j’ai fait le bon choix, puis un sourire se dessine sur mon visage et sur mon cœur aussi.

Arielle

Aucun commentaire
Laisser un commentaire