Âme

Ce que la “FEMME” que je suis…

…Dirait à la “FILLETTE” que j’étais.

Depuis un mois, il n’y a pas une journée qui passe sans que ma fille, Clarence, me fasse vivre un moment « retour dans l’temps ». Souper en famille, autour de la table, ma fille de 4 ans, me regarde et me dit : « Moi, maman,  je le sais. Je le sais, que tu le sais! » & Moi de répondre : « Quoi, ma puce.»  En réponse : « Quand tu étais jeune, tu étais pareille comme moi! » ÇA,  1 X par jour et ça demeure toujours aussi « cute ». Écrit de même, ça semble ordinaire comme phrase, mais sortant de sa p’tite bouche et son attitude d’aplomb, ça me fait toujours spécial…

Hé là, je me vois assise à sa place et effectivement, on se ressemble sur plusieurs facettes, mais reste que cette merveilleuse jeune fille est UNIQUE en son genre. Et je vous garantis que je vais miser là-dessus SOLIDE. L’unicité!

Pourquoi?? Parce que je pense fortement que c’est une ÉNORME faille dans la société actuelle.  Entre la pression sociale et le regard des autres… Tout le monde veut ressembler à TOUT le monde. Comme si le bonheur était ailleurs!?! Et ça, maintenant, pour moi, c’est un gros NON!! J’ai bien écrit maintenant…Parce que ça n’a pas toujours été le cas.

Enfant, petite ME aimait et surtout, recherchait à être la « pas pareille». Fouille-moi pourquoi, mais ce désir m’a habitée les premières années de ma vie.  Les premières années où je me démarquais par ma voix rauque. Une p’tite fille de 7 ans qui parle comme si elle avait fumé un paquet de cigarettes, c’est plutôt rare… mais qui en plus, avait des comportements « tomboy », il n’y en avait pas des tonnes, à Amos. Heee Villemontel! 🙂

Petite ME, c’est aussi « bourdoune »,  « petit monstre », « rat d’égout »,  T’sé genre tout plein de p’tits noms « cutes » bons pour l’estime de soi et l’image d’une p’tite fille. (au moins, je me dis qu’ils sont encore une fois, uniques!!).

Bien sûr, j’ai voulu être ce que mes parents voulaient que je sois. «…J’ai grandi en étant une petite fille dure, assoiffée par le regard de son père. Je voulais qu’il me voie, qu’il m’appuie, qu’il m’approuve, qu’il me reconnaisse, qu’il m’aime… »

La fille « unique » est devenue adolescente. Qui dit adolescente, dit recherche d’identité…Qui dit recherche d’identité dit, se comparer et vouloir être comme les autres filles. J’ai voulu entrer dans l’moule. J’ai perdu une partie de ma liberté pour être, faire & avoir comme les autres.  « Les autres « ont l’air » bien, moi aussi je veux ça!! »

Hé là, petite ME devient une jeune femme. Une femme complètement « PERDUE » dans ce qu’elle est. C’est à ce moment que le « qui suis-je? » est entré dans ma vie. C’est à ce moment que j’ai « réembarqué » sur ma route. Que je me suis défaite de ce moule qui s’était formé autour de moi.

Ce n’est que depuis quelques années que c’est assumé. Retrouver l’enfant en soi et mélanger cette pureté aux expériences de vie d’adulte constructives… C’est un magnifique tableau qui se dessine. Ça promet pour la suite… 🙂

Non seulement je suis libre d’être MoiME, mais également UNIQUE. C’est de loin le plus beau cadeau de ma vie, que je réalise à mes 34 ans.

Finalement, qu’est-ce que la femme que je suis dirait à la fillette que j’étais?? SOI.

ME

 

Aucun commentaire
Laisser un commentaire